Éditeur de bonne humeur
TipTop

Top 10 des gros mensonges racontés aux enfants le jour de la fête des mères

18 Mai 2016 | Publié par Editions Jungle
Top 10 des gros mensonges racontés aux enfants le jour de la fête des mères

Joyeuse fête des mères !

Comme vous êtes heureuse ! Comme vous êtes fière d’avoir donné naissance à deux adorables petits amours qui sont un don du ciel même quand ils font les pires bêtises…

Cette phrase, vous vous la répétez en boucle tous les matins devant la glace. Il faut bien affronter votre quotidien sans trahir cette émotion sous-jacente qui vous pousserait bien à hurler partout à quel point Jean-Kevin et Chloé sont des terreurs qui ne vous laissent aucune seconde de répit. Mais bon, aujourd’hui, c’est VOTRE jour ! Ils vont bien vous laisser un peu tranquille… Non ?

1. Le cadeau « artistique »

Pour la fête des mères, votre enfant vous offre un sublime collier de nouilles qu’il a réalisé avec ses petites mains d’artiste et les restes qu’il a pu trouver dans la cuisine. Préparez des phrases toutes faites pour lui montrer votre amour et votre reconnaissance sans le blesser pour son sens artistique (sous) développé !

2. La situation embarrassante

Il est encore tôt, vous vous sentez d’humeur câline ce matin. Votre conjoint est plus que ravi de vous faire plaisir en ce jour si particulier où vous êtes à l’honneur. Manque de bol, le petit Jean-Kevin s’est réveillé aux aurores. Il est pressé de vous offrir son super collier de nouilles qu’il a fabriqué rien que pour vous. Il entre dans votre chambre et se retrouve traumatisé à vie ! Mais alors, comment dédramatiser cette situation ?
Pas de panique ! Expliquez-lui simplement que papa et maman étaient en train de faire de la gym ensemble…

3. Mets pas tes doigts dans ton nez !

10h, pause-café ! Vous touillez pensivement votre cuillère dans votre tasse, rêvant à cet après-midi au spa qui vous attend (offert gentiment par votre mari en compensation du cadeau raté de vos enfants). Et Jean-Kevin vous regarde, bêtement, le doigt explorant sa narine gauche. Vous êtes exaspérée. Où a-t-il appris ces manières ?! Sûrement auprès de son père… Racontez-lui l’histoire de tante Brenda qui passait tellement de temps à triturer son nez, qu’en grandissant, ses narines sont devenues aussi grosses que deux assiettes !

4. Range tes jouets où je les mets à la poubelle

La matinée se poursuit tranquillement lorsque vous vous fracassez le petit orteil contre le camion de chantier nouvelle génération de Jean-Kevin, qui traîne par terre, comme d’habitude… Vous pestez, tout en essayant de vous contenir pour ne pas balancer le jouet contre le mur. Vous respirez un bon coup et abordez votre chérubin d’une voix rauque laissant planer la menace « Jean-Kevin, range tes jouets ou je les mets à la poubelle ! ». Mais vous avez oublié un petit détail ! Les enfants d’aujourd’hui sont très éveillés et sensibilisés aux problèmes humanitaires et écologiques. Comment le menacer alors que son institutrice lui a fait faire hier un devoir sur les enfants réfugiés qui n’ont aucun jouet dans leur camp de fortune à Calais ? Votre plan tombe à l’eau et votre petit ange est très fier de la réponse qu’il vient de vous balancer dans les dents. On ne gagne pas à tous les coups…

5. Un repas de reine

Aujourd’hui, vous ne faites A-BSO-LU-MENT rien ! Votre famille est aux petits soins pour vous remercier de l’énergie et la patience que vous produisez tout au long de l’année pour vous occuper d’eux. Votre conjoint décide donc de vous concocter un bon petit plat fait maison pour le déjeuner. Seulement voilà, Jean-Kevin, toujours ce petit chenapan, ne compte pas manger tranquillement son poisson et ses légumes. Vous voulez la solution radicale ? Dites-lui que c’est du poulet ! Tous les enfants mangent cette volaille qu’on remercie, oh grand dieu ! Jean-Kevin ne vous croit pas ? Insistez ! Si, si, le poulet est rouge parce qu’il a pris un coup de soleil à Palavas-les-flots. Ou encore, il sent bon l’iode et l’air marin car il vient de Brest…. La méthode s’applique à tout type de plat !

6. Un gâteau avec les enfants

Pour le goûter, vous avez envie d’un bon clafoutis maison. C’est facile à faire, rapide et c’est bon ! Vous rentrez tout juste de votre super soin offert par votre conjoint, les enfants sont encore chez mamie, vous vous attelez donc ni vue, ni connue aux fourneaux. Dans la précipitation, vous en oubliez de dénoyauter les cerises ! Si la petite Chloé, votre bambin chéri de 4 ans, avale un noyau, c’est la fin de soirée aux urgences assurée. NO WAY !
Il va falloir utiliser les grands moyens, la stratégie de votre chère grand-mère. Avant que Chloé n’avale sa première bouchée, dites-lui ces simples mots : « N’avale pas les noyaux, sinon un cerisier va pousser dans ton corps ». Classique… mais efficace !

7. Un long voyage

Vous finissez tout juste votre clafoutis que votre chéri rentre avec vos deux petits monstres de leur après-midi chez mamie. Chloé pleure toutes les larmes de son corps. Rex, le caniche royal des grands-parents est mort. Oui MORT ! Que dire pour réconforter la petite puce ? Jouez la carte du « loooong voyage ». Rex en avait marre de regarder Inspecteur Colombo et les Feux de l’amour sur les genoux de mamie. Il avait besoin de voir du pays alors il est parti faire le tour du monde…

8. Cette fichue petite souris !

Il est 18h, vous êtes bien, relaxée devant votre émission préférée. Et soudain, un hurlement strident brutalise vos oreilles ! Jean-Kevin vient de faire tomber sa petite sœur Chloé dans les escaliers. Rien de grave heureusement, si ce n’est que la pauvre petite a perdu sa première dent de lait dans sa chute (qui était déjà sur le point de tomber de toute façon, que voulez-vous elle est précoce…). Le moyen pour que la petite ne soit pas traumatisée : la petite souris bien sûr. Poisse ! Vous avez dépensé toute votre petite monnaie en pourboire aux esthéticiennes qui ont pris soin de vous tout l’après-midi. Il va bien falloir trouver une solution pour que la petite souris passe pendant la nuit… Faites les poches à votre conjoint ou votre voisin. Il aura bien 1 € à vous dépanner.

9. C’était plus bon

Vous avez craqué. A la fin du dîner, au moment d’apporter le dessert, vous n’avez pas pu résister à la dernière part de clafoutis que vous avez engloutie avant de repasser au salon comme si de rien n’était avec des yaourts blancs tout frais. Après tout c’est la fête des mères, aujourd’hui pas de scrupule ! Mais vos enfants (ainsi que votre chéri) sont des enquêteurs dignes de Sherlock Holmes et n’ont pas manqué de remarquer que vous ne rapportiez pas la dernière part de gâteau. Avant de vous désigner coupable de gloutonnerie, tentez l’excuse « c’était plus bon ! » Franchement que voulaient-ils que vous fassiez ? Que vous les laissiez manger ce gâteau périmé ? Hors de question ! Votre rôle est de vous assurer que votre famille reste en bonne santé ! Non mais…

10. Je sais pas

20h, vous couchez les enfants pour vous octroyer une bonne soirée en amoureux. Enfin la libération ! Au moment de border Jean-Kevin, (sacré J-K !), il vous pose la question que vous redoutez tant et qu’il a surement méditée depuis qu’il vous a surpris ce matin en pleine séance de sport de chambre : « Maman ? Comment on fait les bébés ? » Vous y étiez presque ! Si seulement il s’était endormi tout de suite. Coincée, prise de panique, une seule phrase, spontanée, vous échappe : « je sais pas ». Jean-Kevin va devoir méditer encore un petit moment…

Faites monter la jauge de bonne humeur !
Bof...
Génial !!!

Vous aimerez aussi...

Pour recevoir les nouveautés, des cadeaux... S’inscrire à la newsletter